youtube

Notre avis d'expert

Avis d’experts – article « La revanche du gluten, accusé de tous les maux »

Retrouvez ci-après le point de vue détaillé de notre Comité d’Experts suite à la parution de l’article « La revanche du gluten, accusé de tous les maux » dans le Huffington Post en Juin dernier.

De manière générale, cet article permet de faire le point sur les résultats des dernières études scientifique publiées en ce début d’année sur le sujet du gluten. Bien que supportant toutes les initiatives permettant une objectivisation du débat, il nous paraissait néanmoins important de revenir sur certaines définitions et certains termes, employés dans cet article, qui méritent selon nous d’être précisés ou rectifiés.

Tout d’abord, le gluten est défini dans cet article comme un « mix de deux protéines que l’on retrouve dans beaucoup de céréales ». Or, le « gluten », au sens technologique, ce n’est pas tout à fait ça. Ainsi, le gluten n’existe pas en tant que tel dans les céréales. Le terme de gluten désigne en réalité un réseau, associant plusieurs éléments nutritifs présents dans le grain de certaines céréales (en majorité des protéines de réserve), qui ne se forme qu’au moment de l‘hydratation d’une pâte. Enfin, si de nombreuses céréales sont susceptibles de contenir les protéines constitutives de ce gluten, le blé est la céréale qui en contient le plus.

Les auteurs de l’article évoquent également « différents types d’intolérances » au gluten. Cependant, au jour d’aujourd’hui, il existe deux pathologies bien distinctes liées à la consommation de protéines du gluten : la maladie cœliaque, aussi appelée intolérance au gluten (sous-entendu aux protéines du gluten), qui ne doit pas être confondue avec l’allergie à certaines protéines du gluten. En plus de ces deux pathologies, un troisième trouble digestif émerge depuis quelques années : l’hypersensibilité au gluten (ou sensibilité au gluten non-cœliaque). Au total, on estime que 5% de la population mondiale serait affectée par une de ces trois pathologies [1].

Quelques précisions sur l’hypersensibilité au gluten :

Les premiers cas cliniques d’hypersensibilité au gluten non cœliaque ont été reportés dans les années 1976-78 [2]. Aujourd’hui, il n’existe pas de marqueur biologique spécifique permettant de confirmer une hypersensibilité au gluten non cœliaque. C’est pourquoi, l’imputabilité du gluten demeure encore aujourd’hui très discutée au sein de la communauté scientifique.

Néanmoins, grâce aux éléments dont nous disposions, nous pouvons définir ce trouble comme :

« Un syndrome dont les symptômes digestifs et/ou non digestifs sont améliorés par un régime sans aliments contenant du gluten chez des sujets non cœliaque et non allergique au blé. Les symptômes réapparaissent lorsque ces aliments sont réintroduits dans leur alimentation. Les mécanismes mis en cause et la responsabilité unique du gluten restent débattus. »

Enfin, et comme le précisent à juste titre les auteurs de l’article, il est aujourd’hui difficile de déterminer si le gluten en tant que tel est responsable à lui seul des symptômes exprimés par les personnes se déclarant hypersensibles au gluten. D’autres composants, également présents dans les aliments contenant du gluten, pourraient en être à l’origine. C’est le cas des FODMAPs, des composés glucidiques que l’on retrouve dans de nombreux aliments dont le blé, qui pourraient engendrer certains symptômes gastro-intestinaux. En effet, étant peu absorbés au niveau de l’intestin grêle, ces derniers peuvent conduire à la production de gaz et induire des symptômes semblables à ceux présentés par exemple par des personnes atteintes du syndrome du côlon irritable. Cependant, à l’heure actuelle les preuves ne sont pas suffisantes pour comprendre précisément les contours de cette hypersensibilité « au gluten ».

Signé : Le Comité d’Experts d’Initiative Gluten.

[1] Elli, Luca, Federica Branchi, Carolina Tomba, Danilo Villalta, Lorenzo Norsa, Francesca Ferretti, Leda Roncoroni, et Maria Teresa Bardella. 2015. « Diagnosis of Gluten Related Disorders: Celiac Disease, Wheat Allergy and Non-Celiac Gluten Sensitivity ». World Journal of Gastroenterology 21 (23): 7110‑19. doi:10.3748/wjg.v21.i23.7110.
[2] Ellis, A., et B. D. Linaker. 1978. « Non-Coeliac Gluten Sensitivity? » Lancet (London, England) 1 (8078): 1358‑59.