youtube

Notre point de vue

Gluten : Des français informés mais qui n’ont pas changé leurs habitudes alimentaires pour autant.

Depuis quelques années, nous sommes abreuvés d’informations, plus ou moins vérifiées, sur le gluten. Mais face à cette surabondance de nouvelles, sommes-nous réellement plus éclairés sur le sujet ? Savons-nous vraiment tout sur le gluten ? Comment a évolué notre perception du gluten et des aliments en contenant ?Et combien d’entre nous ont réellement changé leurs habitudes depuis la montée de ces interrogations ? 

Les français sont largement sensibilisés à la problématique du gluten mais cela ne veut pas dire qu’ils connaissent bien le sujet, ni qu’ils ont changé leurs habitudes alimentaires pour autant.

En 2015, 95% des français interrogés avaient déjà entendu parler du gluten. En 2019, ils sont 97% à en connaitre l’existence. Cette connaissance demeure néanmoins imprécise et la population a le sentiment d’être toujours insuffisamment informée sur le sujet (note moyenne donnée : 5,6/10 par le Grand Public et 6,2/10 par les professionnels de santé interrogés). 

La couverture médiatique du « sans gluten », plus modérée ces derniers mois, pourrait aussi expliquer que désormais, seuls 18% des français font le rapprochement entre gluten et protéines, alors qu’ils étaient 40% en 2015. Si ces définitions un peu techniques leur parlent moins, une majorité de français (72%) sait toutefois que le gluten est un composant naturellement présent dans certaines céréales. Le blé demeure d’ailleurs la céréale spontanément la plus associée au gluten.

Toutefois, aussi répandues soient les discussions autour du gluten, les français (à l’exception des personnes atteintes d’une pathologie liée au gluten) n’en modifient pas pour autant leurs habitudes alimentaires. Ils sont ainsi 92% à déclarer ne pas avoir modifié leurs habitudes de consommation bien qu’ils aient été sensibilisés sur le sujet du gluten (contre 94% en 2015).

Le gluten est plutôt bien perçu par grand public et les professionnels de santé français

Dans leur immense majorité, les français (71%) et les professionnels de santé (86%) partagent un avis neutre ou positif sur le gluten. On observe néanmoins chez certains professionnels paramédicaux, et plus particulièrement les homéopathes, naturopathes, ostéopathes et kinésithérapeutes, une opinion plus tranchée et plus négative que chez les médecins généralistes (ratio 1:6 ayant une opinion positive).

Bien qu’ils conservent un avis neutre sur le sujet, les professionnels de santé sont de plus en plus nombreux (87%, contre 71% en 2015) à considérer le « sans gluten » comme un argument marketing, et un phénomène médiatique (86%, vs 68% en 2015). 

Le régime « gluten free » est toutefois considéré par 66% d’entre eux comme une vraie solution pour répondre aux pathologies reconnues comme étant liées au gluten (ie. maladie cœliaque et allergie au gluten de blé) pour lesquelles un régime d’exclusion reste à l’heure actuelle l’unique traitement efficace.

Les français sont bien plus nombreux à se déclarer « malades » que le nombre de patients effectivement diagnostiqués.

Les différents travaux sur le sujet s’accordent à dire que 5% de la population mondiale souffrirait d’un trouble en lien avec le gluten. Face à ces estimations, les français sont 2 à 3 fois plus nombreux à se déclarer intolérants, allergiques ou hypersensibles au gluten. 

Une distorsion particulièrement flagrante lorsqu’on s’intéresse à l’hypersensibilité au gluten non cœliaque ; plus de 60% des médecins déclarent ainsi constater une augmentation du nombre de cas (rapportés) ces dernières années. Ils expliquent cette recrudescence notamment à cause de l’effet de mode (32%, contre 11% en 2015) et de l’évolution de la composition des produits alimentaires (31%, contre 21% en 2015).

Les professionnels de santé face au phénomène sans gluten

52% des professionnels de santé interrogés ont déjà conseillé au moins une fois un régime sans gluten à un patient qui présentait des troubles digestifs et/ou une intolérance ou une allergie au gluten (vs 59% en 2015). Les praticiens sont en revanche plus nombreux à renforcer la phase de diagnostic d’une éventuelle pathologie liée au gluten avant de conseiller ce type de régime. 

S’agissant des risques de déséquilibres alimentaires et de carences possibles dans le cas d’un régime sans gluten mal encadré, ce sont les médecins généralistes qui se montrent le plus préoccupés. Les médecins « spécialistes » considèrent de leur côté qu’éviter le gluten aide globalement à se sentir mieux, et ce notamment en contribuant à une meilleure digestion.  

En résumé 

Les français sont désormais bien sensibilisés au sujet du gluten mais ils n’en connaissent pas forcément tous les aspects. Les efforts doivent être poursuivis pour développer des contenus fiables et informer de la manière la plus juste possible les professionnels de santé sur le sujet, afin de leur permettre de jouer pleinement leur rôle de conseil auprès de leurs patients. Aujourd’hui, les français se tournent préférentiellement vers la télévision (59%), leur proches (45%), la presse (généraliste : 42% ; santé, bien-être : 34%) ou encore internet (42%) pour trouver de l’information sur le gluten.

Source : Résultats de l’Étude Occurrences, conduite pour le Cifap sur un échantillon représentatifde la population française adulte (+1 000 personnes) entre les 5 et 8 mars 2019, et sur un échantillon de 258 professionnels de santé représentatif de la diversité des spécialités médicinales en France entre le 10 mars et le 8 avril 2019.

Sur le même sujet, ces articles pourraient également vous intéresser :