youtube

Notre point de vue

« J’ai mal au ventre » : le gluten, coupable (un peu trop) idéal

Les inconforts digestifs sont une gêne pénible dont on préférerait se passer. Et si c’était la faute du gluten ? C’est possible, mais de nombreux autres facteurs peuvent entrer en jeu. Avant d’exclure le gluten de votre alimentation, tentez des mesures simples et s’ils persistent, consultez !

En France, 1 personne sur 2 serait concernée par des troubles digestifs : problèmes de transit, ballonnement, gaz…. Et 1 personne concernée sur 4 chercherait à modifier ses habitudes de vie[1] seule, sans conseil ni suivi médical. Il est vrai que prendre ses repas dans le calme, bien mastiquer, manger plus léger, mieux gérer son stress quotidien et pratiquer une activité physique modérée peuvent contribuer à améliorer le confort digestif. Mais si les troubles persistent malgré ces mesures, il est recommandé de consulter un professionnel de santé.

Maladie cœliaque et allergie au gluten : 1 à 2 % de la population doit exclure le gluten

La vogue des régimes sans gluten peut toutefois nous mettre la puce à l’oreille : le gluten pourrait-il être le responsable de nos maux de ventre ? C’est le cas si vous faites partie des 1 à 2 % de la population qui souffre de la maladie cœliaque ou d’une allergie au gluten. Ces deux pathologies doivent être diagnostiquées par un médecin et confirmées par des examens médicaux spécifiques avant de supprimer le gluten de l’alimentation.

La sensibilité au gluten non coeliaque, encore impossible à diagnostiquer avec certitude

Vous faites peut-être partie des personnes dites « sensibles » ou « hypersensibles » au gluten (0,5 à 13% de la population selon les études). L’origine exacte de ce syndrome est encore mal connue et aucun examen médical ne peut la mettre en évidence. A l’heure actuelle, les médecins ne peuvent que constater cette sensibilité – une fois le diagnostic de la maladie cœliaque et de l’allergie au gluten écartés – en fonction de ce que leur rapportent leurs patients (ex : description de symptômes apparaissant après la consommation de pain ou de pâtes).

Maux de ventre : le gluten est-il toujours responsable ?

Les recherches scientifiques ne permettent pas encore de dire si la cause des symptômes digestifs attribués à une sensibilité au gluten non coeliaque est bien le gluten seul, s’il s’agit d’autres composés des céréales, ou si d’autres facteurs entrent en jeu[2]. Une récente étude[3], réalisée auprès de plus de 390 individus non cœliaques et non allergiques mais affirmant souffrir de troubles digestifs liés à la consommation d’aliments contenant du gluten, a notamment montré que chez plus de 85% d’entre eux, le régime sans gluten n’apportait aucune amélioration des symptômes. Chez les 15% restants, vingt-six individus ont finalement été diagnostiqués cœliaques, deux avaient une allergie au blé et seulement 27 individus (7%) répondaient aux critères d’une personne sensible au gluten.

Une seconde étude a montré que les symptômes digestifs qui étaient associés au gluten par les personnes étudiées s’amélioraient davantage en limitant certains sucres (fructanes) qu’en évitant le gluten[4]. Présents dans les céréales, les fruits ou les produits laitiers, ces sucres fermentent facilement dans l’intestin et peuvent entraîner des ballonnements, des maux de ventre et des troubles du transit chez certaines personnes.

Retrouver le bien-être digestif avec l’aide d’un professionnel de santé

Aujourd’hui, les experts recommandent que les personnes se pensant sensibles au gluten consultent un médecin et, si la maladie cœliaque et l’allergie au gluten sont exclues, tentent avec lui de déterminer les types d’aliments qu’elles supportent mal. Selon les résultats, le médecin pourra proposer de diminuer la part des aliments contenant du gluten, sans toutefois observer un régime sans gluten strict afin de prévenir les risques de déséquilibres nutritionnels [5].

Sources : [1] IFOP : Troubles digestifs : quand faut-il consulter ? 2017. [2] Dale HF., Biesiekierski JR, Lied GA : Non-coeliac gluten sensitivity and the spectrum of gluten-related disorders: an updated overview. Nutrition Research Reviews 2018, 1–10. [3] Capannolo A, Viscido A, Barkad M, A, Valerii G, Ciccone F, Melideo D, Frieri G, Latella G, Non-Celiac Gluten Sensitivity among Patients Perceiving Gluten-Related Symptoms. Digestion 2015;92:8-13. [4] Skodje GI et al : Fructan, Rather Than Gluten, Induces Symptoms in Patients With Self-Reported Non-Celiac Gluten Sensitivity. Gastroenterology. 2018 Feb;154(3):529-539.e2. [5] Malamut G, Khater S, Bruneau J, Cerf-Bensussan N, Cellier C. Maladie coeliaque, hypersensibilité au gluten et régime sans gluten : ce qu’il faut savoir et rectifier. Hépato Gastro 2018 ; 25 : 173-180.

Sur le même sujet, ces articles pourraient également vous intéresser :