youtube

Notre point de vue

Le gluten et la santé : mise au point

Produits sans gluten de plus en plus nombreux dans les rayons, sportifs et « people » faisant l’éloge du régime « sans gluten », « intolérance » ou « sensibilité » au gluten entendues ici et là dans votre entourage… Un doute peut naître dans notre esprit : en quoi le gluten pourrait-il nuire à la santé ? Même s’il focalise l’attention, le gluten est cependant parfaitement toléré et inoffensif pour l’immense majorité de la population.

Un composé issu du blé naturel et consommé depuis la nuit des temps

Rappelons que le gluten se forme, après hydratation et pétrissage d’une pâte, à partir de deux protéines de réserve présentes dans le grain de certaines céréales (blé et espèces proches, orge, seigle), et peut s’associer en réseau avec d’autres constituants du grain. Bien que ces céréales soient consommées par une grande partie de la population mondiale depuis le Néolithique, le gluten suscite depuis quelques années des débats sur ses prétendus effets sur la santé[1],[2],[3].

Ce que dit la science et la médecine de l’effet du gluten sur la santé

L’immense majorité de la population consomme du gluten sans le moindre problème. Aucune recherche scientifique n’a jamais indiqué que le gluten était néfaste à la santé ou que le gluten avait la moindre toxicité propre chez des adultes et des enfants en bonne santé. Aucune recherche scientifique n’a pu montrer qu’un régime sans gluten était bénéfique pour la santé en l’absence de maladie liée au gluten[4].

Le gluten ne doit être exclu de l’alimentation que dans deux situations pathologiques bien précises qui ensemble, ne touchent que 2% de la population :

  • L’allergie aux protéines du blé , qui touche plutôt l’enfant et se manifeste par des troubles intestinaux, des éruptions cutanées, un œdème du visage, etc.
  • La maladie cœliaque, une maladie auto-immune favorisée par une prédisposition génétique qui rend intolérant au gluten, avec des symptômes digestifs (atrophie des villosité intestinales, douleurs, diarrhées) entraînant parfois des carences nutritionnelles[5].

Ces maladies rares mais bien connues doivent être diagnostiquées, traitées et suivies par un médecin. Elles exigent l’exclusion totale du gluten et du blé de l’alimentation pour éviter de graves complications, ce qui est très contraignant pour les malades.

Serais-je hypersensible ?

Depuis quelques années, le concept d’hypersensibilité au gluten est apparu. Selon les études, ce syndrome toucherait jusqu’à 6 % de la population mondiale. Toutefois, contrairement à l’allergie au blé ou à la maladie cœliaque, il n’existe aucun marqueur biologique de cette hypersensibilité, donc aucun test médical permettant de la diagnostiquer.

Ce syndrome s’accompagne de symptômes cliniques variés, digestifs comme non digestifs, relativement similaires à ceux rencontrés par les patients atteints du syndrome de l’intestin irritable. Ces symptômes apparaissent dans les heures ou jours qui suivent l’ingestion de céréales ou de produits contenant du gluten de blé, et sont soulagés lorsque ces aliments sont évités. L’implication du gluten dans ce syndrome reste cependant débattue, puisque les chercheurs ont observé que l’exclusion de certains sucres contenus dans le blé et d’autres aliments soulageait également les personnes se déclarant hypersensibles au gluten[6].

Si vous pensez être hypersensible au gluten, il est indispensable de consulter votre médecin traitant afin de s’assurer dans un premier temps que vous n’avez pas une autre maladie liée au gluten qui n’aurait pas été diagnostiquée, comme une maladie cœliaque une allergie ou toute autre pathologie nécessitant une prise en charge médicale. Si vous suspectez une hypersensibilité au gluten, nous vous recommandons de vous faire accompagner dans votre démarche par un gastro-entérologue et une diététicienne afin qu’ils vous conseillent et assurent un suivi de votre santé sur le moyen et long terme.

[1] Nadel, Dani, D.R. Piperno, urene holst, ainit snir, et Ehud Weiss. 2012. « New evidence for the processing of wild cereal grains at Ohalo II, a 23 000-year-old campsite on the shore of the Sea of Galilee, Israel ». Antiquity 86 (décembre): 990‑1003.

[2] Henry, Amanda G., Alison S. Brooks, et Dolores R. Piperno. 2014. « Plant foods and the dietary ecology of Neanderthals and early modern humans ». Journal of Human Evolution 69 (avril): 44‑54.

[3] Amaia Arranz-Otaegui et al : Archaeobotanical evidence reveals the origins of bread 14,400 years ago in northeastern Jordan. Proceedings of the National Academy of Sciences Jul 2018, 2018-01071

[4] Reilly NR (2016). The Gluten-Free Diet: Recognizing Fact, Fiction, and Fad. J. Pediatr.

[5] Fonds Français pour l’Alimentation et la Santé : Le gluten : faut-il l’éviter ? novembre 2016

[6] FFAS : État des lieux – Le gluten – novembre 2016

Sur le même sujet, ces articles pourraient également vous intéresser :