youtube

Notre point de vue

Ne plus manger de pain, ce n’est pas faire un régime sans gluten.

Ne pas consommer de gluten de blé, ce n’est pas seulement laisser le pain de côté dans ses menus. Cela suppose l’exclusion de nombreux aliments courants. Si vous souffrez d’inconforts digestifs qui s’améliorent en évitant le pain, le gluten de blé n’est peut-être pas le seul responsable

Le pain a toujours la cote : 98% des Français aiment l’avoir sur leur table et 3 adultes sur 4 en consomment tous les jours (moyenne, 94g par jour)[1]. Cependant, la vogue du « sans gluten » incite certaines personnes à supprimer le pain de leur alimentation. Cet aliment constitue effectivement une source majeure de gluten de notre alimentation, mais il est loin d’être le seul.

La liste des aliments courants qui contiennent du gluten

De très nombreux aliments contiennent du gluten de blé, en plus ou moins grandes quantités : le pain naturellement, mais aussi la semoule, les pâtes, la plupart des céréales du petit déjeuner, les viennoiseries, gâteaux, biscuits, les crêpes, la chapelure, la bière, certains yaourts, barres chocolatées, charcuteries, plats cuisiné, sauces… Le régime sans gluten de blé strict, que doivent obligatoirement suivre les personnes atteintes de maladie coeliaque, ou d’une allergie au gluten de blé, exige une réorganisation complète de l’alimentation. Ce régime implique l’exclusion de tellement d’aliments courants et importants pour l’équilibre nutritionnel qu’il nécessite la surveillance d’un médecin nutritionniste ou d’un diététicien pour éviter les carences[2].

Réduire le gluten de blé, ce n’est pas obligatoirement supprimer le pain

Si votre médecin estime que vous présentez des symptômes attribuables à une sensibilité au gluten non coeliaque, il est possible qu’il vous recommande de diminuer la part d’aliments contenant du gluten dans votre alimentation. Mais dans ce cas, l’éviction du pain peut n’être ni nécessaire si vous l’appréciez, ni suffisante si votre sensibilité est importante. L’avis d’un diététicien est toujours recommandé.

Troubles digestifs : d’autres causes possibles que la consommation de pain

Si vous observez certains symptômes digestifs après avoir consommé du pain, et qu’ils s’améliorent en le supprimant de votre alimentation, le gluten de blé n’est peut-être pas seul en cause.

En effet, logiquement, vous ne devriez pas non plus pouvoir tolérer les autres aliments contenant du gluten. Peut-être que d’autres composants présents dans le pain ou autres aliments pourraient être à l’origine de ces troubles ?

Il existe aujourd’hui des preuves que d’autres composants du blé provoquent des inconforts gastro-intestinaux, notamment des sucres, appelés fructanes, présents dans le blé, le seigle ou l’orge[3] . Ces sucres sont peu absorbés au niveau de l’intestin grêle, ce qui induit la production de gaz et autres symptômes digestifs. Beaucoup de céréales qui contiennent du gluten sont également riches en fructanes. Cela peut fausser le diagnostic car un régime sans gluten peut entraîner une amélioration des symptômes, perçue à tort comme résultant d’une réduction de la consommation de gluten.

Par ailleurs, lorsqu’on pressent l’effet négatif d’un aliment, on peut le ressentir très fortement. Cet effet « nocebo » semble parfois entrer en jeu dans une sensation de sensibilité au gluten[4]. Pour en avoir le cœur net, il est préférable de consulter un professionnel de santé. 


[1] Credoc : Comportements alimentaires et consommation du pain en France, enquête CCAF 2016.

[2] Site Web de l’association française des intolérants au gluten www.afdiag.fr

[3] Dans le cas des céréales, les FODMAPs sont situés principalement dans l’amande des grains. Leur concentration dépend de la céréale concernée.

[4] Dale HF., Biesiekierski JR, Lied GA : Non-coeliac gluten sensitivity and the spectrum of gluten-related disorders: an updated overview. Nutrition Research Reviews 2018, 1–10.

Sur le même sujet, ces articles pourraient également vous intéresser :