youtube

Notre point de vue

Question d'(hyper) sensibilité ?

4.3-hypersensibilite¦ü_iStock_000065218819_Medium-1024x682

L’hypersensibilité au gluten (ou sensibilité au gluten non-cœliaque) est un trouble digestif semblable à celui qui est observé dans les cas de maladie cœliaque pour lequel aucun test médical n’existe aujourd’hui. Le rôle du gluten dans l’hypersensibilité n’est pas à ce jour clairement établi. D’autres paramètres pourraient en être à l’origine. Il s’agit d’un syndrome controversé aux causes encore floues qui concernerait environ 1,5-2% de la population. Les femmes seraient également plus susceptibles de présenter cette pathologie.

Comment se manifeste l’hypersensibilité au gluten ?

En raison de l’absence de test médical, le diagnostic de sensibilité au gluten non-cœliaque peut être établi lorsque toutes les conditions suivantes sont réunies :

  • Manifestation de réactions intestinales et extra-intestinales déclenchées par l’ingestion d’aliments contenant du gluten;
  • Disparition des symptômes après suppression du gluten dans l’alimentation, puis réapparition de ces symptômes après une nouvelle ingestion de gluten,
  • Aucune maladie cœliaque ni d’allergie au blé constatée préalablement par les tests médicaux (prise de sang et biopsie).

La communauté scientifique est partagée à son sujet car l’(hyper)sensibilité est difficile à caractériser et ses mécanismes ne sont pas simples à comprendre.

  • Elle présente des symptômes identiques à d’autres pathologies digestives, telle que celle du côlon irritable (malaises ou sensations douloureuses au ventre).
  • Elle peut aussi se manifester selon les individus par d’autres symptômes : douleurs psychiques, fatigue, maux de tête, état douloureux musculaire, engourdissement des bras ou des jambes, éruption cutanée, anémie…

Hypersensibilité au gluten… ou aux FODMAPS ?

L’hypersensibilité est donc un sujet complexe, en cours d’étude et toujours discuté par la communauté scientifique. Il est à l’heure actuelle difficile d’en connaître les causes et de nouvelles pistes restent sans doute encore à explorer.

 

*FODMAPs (Fermentable Oligo-, Di-, and Mono-saccharides And Polyols) = Fructanes à courtes chaines ou fructo-oligosaccharides

Crédit photo : iStock

 

L’orientation des nouvelles recherches sur ces FODMAPs se base sur plusieurs éléments connus :

  • Ces sucres sont peu absorbés au niveau de l’intestin grêle,
  • Il a été prouvé que leur présence dans l’intestin et leur fermentation peut conduire à l’apparition de troubles gastro-intestinaux chez les personnes atteintes de certaines pathologies comme le Syndrome du Côlon Irritable,
  • Ces sucres particuliers se retrouvant dans de nombreux aliments, les quantités que l’on en consomme ne sont pas négligeables : on les retrouve également dans  le lait, certains fruits (pommes, poires, fruits à noyau), légumes (artichaut, ail, oignon) céréales (blé, seigle), ou même certains édulcorants artificiels (sorbitol, mannitol).

Sur le même sujet, ces articles pourraient également vous intéresser :